samedi 31 mars 2012

Noir, célèbre et sexy (4): Djimon Hounsou

Djimon Hounsou est l'un des acteurs africains à s'être imposé à Hollywood. Né à Cotonou au Bénin, le 24 avril 1964, Djimon a joué dans des films à succès ou acclamés par les critiques tels que Amistad, Gladiator et Blood Diamond.

Djimon Hounsou

Djimon Gaston Hounsou doit sa réussite en partie grâce à son physique. En effet, lorsqu'il quitte son Bénin natal en 1977, il a alors 13 ans. Il rejoint ses frères ainés à Lyon en France. Là, il intègre le lycée mais se révèle être un élève peu brillant. Il se tourne vers le mannequinat et prend la décision en 1987 de descendre à Paris tenter sa chance dans le milieu de la mode. Mais, il sera très vite rattrapé par les réalités de la ville lumière. Il se retrouvera sans domicile fixe et connaitra la galère. Un jour, alors qu'il se lave dans une fontaine non loin du centre Georges Pompidou à Paris, il est repéré par un employé de Thierry Mugler grâce à son physique avantageux. Le jeune Béninois se voit ainsi propulsé dans le monde de la gloire car il est engagé comme modèle dans l'album des photos présentant les collections du couturier Français. Il apparait, par la suite, dans des clips vidéos, notamment, Express Yourself de Madonna et Straigt Up de Paula Abdul.


En 1990, Djimon s'installe à Los Angeles aux États-Unis. Il joue les figurants dans le clip de Janet Jackson Love Will Never Do Without You. Il apprend l'anglais car il obtient des propositions au cinéma. Il joue dans son premier film intitulé Without You I'm Nothing et enchaine en 1994 avec la célèbre série de science fiction Stargate avec Richard Dean Anderson. En 1997, le rôle de l'esclave Cinqué dans le film de Steven Spielberg, Amistad, lui vaut une nomination aux Golden Globes dans la catégorie meilleur acteur. Depuis, Djimon Hounsou s'est confirmé comme acteur et a tenu des rôles plus importants.

Djimon au début des années 90 posant pour Calvin Klein

 Djimon Hounsou dans Amistad de Steven Spielberg en 1997
 Avec Russel Crowe dans Gladiator de Ridley Scott en 2001
l'affiche du film Blood Diamond avec Djimon Hounsou et Leonardo Di Caprio en 2006.

Dans la vie privée, Djimon est le père d'un petit garçon nommé Kenzo Lee Hounsou qu'il a eu avec sa femme Kimora Lee.   Il a opté pour une double nationalité américaine et béninoise. Il réside à Los Angeles en Californie.



Filmographie sélective:

(Source Wikipedia)

Télévision  

  • 1990 : Beverly Hills - 1 épisode
  • 1998 : Urgences - Saison 5, dans les épisodes : 13, 14, 15, 17, 18, 19 (Mobalage Ekabo)
  • 2003 : Alias - Saison 3, dans les épisode : 5, 17, 18 (Kazari Bomani) 

vendredi 30 mars 2012

Hot model (2): Swagg


Swagg, sexy modèle et viril, nous offre son intimité très masculine!


Being gay in Kinshasa


 To be homosexual is subject of disadvantage in the majority of the countries and the democratic Republic of Congo does not avoid this rule. In this huge State of central Africa dominated by Bantu culture, the perception of homosexuality does not differ from other African countries. A gay is considered to be a man without manliness. This fact is often attached to poor minds. In this society, a homosexual is also a healthy person of mind but which to become rich or have power is obliged of credit of intercourse with the persons of the same sex. The association of homosexuality in mystical practices led people to interpret love affairs badly between two men and to link this form of relationship to sorcery and to occultism.


 For most Congolese, in general, homosexuality is also a phenomenon of modern society imported from Occident. According to them,  Europeans  introduced this mode of sexuality in Africa during colonization. Nobody wants to acknowledge only private relations between two men or two women could exist in the past in our traditional societies. Until now, there is no legislation against LGBT in DRC.  But, a law penalizing homosexuality is in study in the cultural commission of the Congolese Parliament. Initiated in October, 2010 by the Deputy and preacher Ejiba Yamapia, this bill made a lot of noise in so national mass media as international. During his presentation in the Parliament, his author mobilized the population to support her idea. Public opinion had openly shown its hostility towards  homosexuals. The Deputy Yamapia is a Christian who considers homosexuality as an offense to the African society. 


Religion also encourages homophobia in Africa. It classifies  homosexuals as persons had by diabolic minds. Televisions and newspapers don’t help to change things in Congolese society. The broadcasting of programs approaching homosexuality in a negative way favours a dangerous stigmatization in the long term. On the streets of Kinshasa, to be freely homosexual is very difficult. In the Congolese capital, homosexuals are victims of hostility and mistrust. Any gay or lesbian have been killed till now in this country.  But, in Uganda, a neighbor country of Congo, homophobia is very strong and a gay activist named David Kato was killed in January 2011.


 In Kinshasa, most of gay are living in the closet. Some of them prefer to go abroad instead of staying there and living in the society and family pressure.  Situations are sometimes very difficult for them because of lack of information especially about HIV and others sexual diseases.

JW

vendredi 23 mars 2012

Les icones du X gay black. Black gay porn icons: Bobby Blake

 Bobby Blake, the King of porn
Bobby Blake, le King du porno, est considéré dans le monde du divertissement pour adultes comme le hardeur black le plus célèbre de toute l'histoire du x gay. Malgré qu'il a mis fin à sa carrière il y a déjà 10 ans, il continue à jouir d'une immense popularité à travers le monde.



Bobby Blake alias Edgar Gaines a vu le jour le 11 aout 1957 à Memphis dans le Tennessee aux États-Unis. Après avoir passé toute son enfance et son adolescence au Sud du pays, il s'installa à Los Angeles en Californie où il ne tarda pas à entrer dans le show-biz du sexe comme strip-teaseur dans les années 80. Grâce aux recommandations d'un ami, il rencontre le réalisateur de x gay, Edward James qui ne tarde pas à l'engager durant la décennie 90. Ainsi, il tourne dans plusieurs de ses films aux côtés d'une autre légende black de la pornographie homosexuelle, Gene Lamar. 


 Bobby Blake est apparu dans une centaine de films entre 1996 et 2001. En cinq années d'activités, il a su imposer le personnage d'un homme noir dominant jouant toujours le top. Il est devenu un vrai mythe dans un univers où les hardeurs noirs sont souvent cantonnés à des rôles secondaires et ne bénéficient que d'une popularité éphémère. Très demandé durant ses périodes actives, il a tourné avec les grandes sociétés de productions de x gay et a posé pour les plus grandes revues: Black Inches, Gay AVN Magazine, etc. Il a joué dans différents genres de films x: racial, interracial, sado maso, gang bang, bisexuel et extrême. Son jeu de top très autoritaire et dominant, l'a propulsé au firmament des stars dans le domaine de la pornographie destinée aux hommes. Cependant, il y a eu certaines controverses, notamment, dans le film Nigga's Revenge tournait pour le compte de Dick Wadd Video en 2001. Deux acteurs n'ont pas supporté la brutalité de Bobby lors des scènes de pénétration et ont dû être réhydratés après l’interruption du tournage.

 The King of the porn dans It's Size That Counts en 1997 (photo Bacchus)
Bobby et son ex compagnon Flex Deon Blake  (Photo Bacchus)
Get Hooked On This, l'un des succès d'Edward James
Bobby et l'acteur Bam (Photo Bacchus)

 Après l’arrêt de sa carrière, Bobby fut au centre d'autres controverses.  En 2002, son nom fut la une des journaux suite à un scandale provoqué au cours d’une séance de sensibilisation sur le VIH à St Louis où il aurait fait du strip-tease. Selon les accusations qui n'ont jamais été prouvées, l'ex acteur aurait été payé par les organisateurs avec de l'argent provenant d'un don du gouvernement fédéral. Au milieu de la décennie 2000, il a surpris plusieurs de ses fans en devenant évangéliste. Il a reconnu qu'il n'avait jamais tourné le dos à Dieu même s'il travaillait dans l'industrie du x.

Détenteur d'un master's degree en criminal justice, Bobby Blake a co-écrit avec l'auteur John. R. Gordon en 2008 sa biographie dans un livre intitulé My Life In Porn: The Bobby Blake Story. Dans cet ouvrage publié aux éditions Running Press of Philadelphia, l'ex hardeur raconte ses années passées dans le monde du divertissement pour adultes où il n'était pas seulement acteur mais aussi escort.

La couverture du livre autobiographique de Bobby Blake
Aujourd'hui, Bobby Blake critique l'industrie des films pour adultes en déclarant que c'est un milieu corrompu. Il demande aux jeunes de ne pas se lancer dans ce domaine. Il est aussi devenu un opposant au mariage entre les personnes de même sexe. Cependant, il est pour une autre forme d’arrangement en vue de protéger légalement les couples homosexuels. Bobby a été pendant deux ans le compagnon de l'acteur porno Flex Deon Blake entre 1998 et 2000. Il est bisexuel et versatile dans la vie. Il réside actuellement à  Memphis où il officie en tant qu’évangéliste sous son vrai nom Edgar Gaines.

Filmographie sélective:

  • Ebony knight (Bacchus. 1996)
  • Black Lovers (All Worlds Video 1996)
  • Black Men Do (All Worlds Video 1996)
  • Black Market (Jet Set 1997)
  • It's Size That Counts ( Bacchus. 1997)
  • The Underboss (US Male 1998)
  • Black Power (Paradoxe. 1999)
  • Black Encounter (Bacchus. 1999)
  • Black Wishes (Catalina Video. 1999)
  • Black Work Out 10 (Bacchus 1999)
  • Get Hooked On This ( Bacchus. 1999)
  • Miami's Hot Spot (Bacchus. 1999)
  • Hotel 2000 (Bacchus. 2000)
  • Black Brigade (US Male 2000)
  • Black Campus (Ebony Video. 2000)
  • Nigga's Revenge (Dick Wadd. 2001)
Une scène de Get Hooked on This avec Flex Deon Blake et Infinity

Flex et Bobby dans Black Encounter (Photo Bacchus)

facebook: Elder Edgar Gaines